Les bons mix pour une alimentation au top

la bonne association des aliments optimise leurs atouts santé .

Quelques ingrédients suffisent pour transformer votre repas en véritable cure de jouvence !

Les bons mix pour une alimentation au top

Assaisonner la salade avec une vinaigrette , arroser ses lentilles d’un jus de citron , donner un tour de moulin à  poivre … Autant de gestes qui, mine de rien , aident à booster les bienfaits de nos repas . 

De la vitamine C pour mieux assimiler le fer

Il existe deux catégories de fer : le fer héminique , que l’on trouve dans la viande et le poisson , et le fer non héminique , issu des aliments d’origine végétales , les oeufs et produits laitiers . Ce dernier est naturellement moins bien assimilé par l’organisme : on n’en retiendrait pas plus de 10 % . Heureusement, les études montrent que la vitamine C peut multiplier par deux son absortion , à condition d’en consommer de 25 à 50 mg au cours de chacun des repas .

Pour y arriver , il faut se nourrir de légumes colorés riches en vitamine C ( poivrons, brocolis… ) et terminer son menu par un fruit frais ( kiwi, ananas, orange, mangue …)

Autre astuce :arroser les légumes du jus d’un demi-citron qui apporte déjà 15 mg de vitamine C .

Des légumineuses et des céréales pour un apport complet en protéines

Bonne nouvelle pour ceux qui boudent la viande : on trouve aussi des protéines dans de nombreux aliments d’origine végétale , en particulier les céréales et les légumes secs . Comme ils n’apportent pas , à eux seuls , l’ensemble des acides aminés dont on a besoin , il faut en consommer plusieurs pour être sûr d’avoir un apport équivalent à celui d’un morceau de viande . on associe systématiquement céréales et légumineuses en s’inspirant de certains plats exotiques : dal (lentilles + riz ) , couscous ( pois chiches + semoule ) , minestrone ( pâtes + haricots blancs ) , salade mexicaine ( maïs + haricots rouges ) …

Des acides gras pour profiter à fond de certaines vitamines

Les vitamines A et E , connues pour leurs vertus antioxydantes, sont liposolubles , ce qui veut dire qu’elles sont mieux assimilées lorsqu’elles sont associées à un corps gras . Pour faire le plein de vitamine A et de son précurseur , le bêtacarotène , on pense à assaisonner les légumes colorés ( carottes, brocolis , poivrons, tomates …) d’une bonne vinaigrette à l’huile de colza ou de noix lorsqu’on les mange crus ou à les faire cuire ( très peu de temps ) dans un filet d’huile d’olive . on mise aussi sur les fruits secs oléagineux ( amande , noisette, noix …) qui associent vitamine E et bons acides gras , pour une collation antioxydante .

Du poivre pour renforcer le pouvoir des antioxydants

La piperine contenue dans le poivre crée une petite perméabilité intestinale , qui permettrait à certains nutriments d’être mieux assimilés . Voilà pourquoi les études recommandent d’associer systématiquement le poivre noir au  curcuma  ( riche en curcumine ) si l’on souhaite bénéficier de ses effets anti-oxydants . On y ajoute un tour de moulin lorsqu’on prépare des plats en sauce de type curry , mais aussi en intégrant les épices dans la vinaigrette ou en assaisonnement d’une viande ou d’un poisson .

La vitamine D pour faire le plein de calcium

On sait que le calcium nous aide à constituer des os solides .  En revanche , on sit moins que la vitamine D ( par ailleurs de plus en plus réputée pourses vertus de santé et son action protectrice supposée contre certains cancers ) aide à bien l’assimiler au niveau digestif .S’il existe dans le commerce des laits ou yaourts enrichis en vitamine D , on peut aussi miser sur les sardines ou le maquereau en conserve qui apportent naturellement ces deux nutriments ( le calcium se trouve dans les petites arêtes ) .

L’ avis de l’expert

Coauteure d' En bonne santé grâce à la micronutrition avec le Dr Chos  ( éd. Albin Michel )

Coauteure d’ En bonne santé grâce à la micronutrition avec le Dr Chos ( éd. Albin Michel )

Que peuvent changer les bonnes associations alimentaires ?

On sait que certains nutriments ont besoin d’autres éléments pour être correctement assimilés , c’est-à-dire pour être bien acheminés vers nos cellules . C’est le cas par exemple , des vitamines liposulubles qui sont mieux assimilées lorsqu’elles se trouvent sur un support en acides gras .

Y a-t-il d’autres conseils pour bien assimiler les nutriments ?

Il ne faut pas négliger les glucides que l’on réduit souvent au prétexte qu’ils feraient grossir , alors qu’ils sont indispensables pour bien stocker les nutriments . Chaque repas doit doncen contenir au moins une portion .

Le rééquilibrage doit rester global ?

Il faut avant tout veiller à avoir une alimentation la plus variée possible . En réalité , cet équilibre se fait d’ailleurs plutôt sur la journée que sur un seul repas . Quant auxnutriments qui pourraiententrer en compétition , comme le calcium et le magnésium , cela ne joue pas à l’échelle de l’alimentation , mais plutôt lorsqu’on a recours à des supplémentations.

bon à savoir

D’après une étude parue en 2014 , un filet d’huile d’olive sur une laitue serait bénéfique pour nos artères . En effet , des chercheurs ont motré que l’association des nitrites présents dans certains légumes ( salade, épinards.. ) et des acides gras insarurés entraîne une réaction qui aide à réduire la pression sanguine

Attention aux interactions aliments /médicaments

Certains nutriments peuvent affecter l’efficacité des traitements prescrits. le jus de pamplemousse est à supprimer en cas de crise d’anticholestèrol (statines). Il perturbe les enzymes de l’intestin qui entrent en jeu dans l’absortion de ces médicaments et peut multiplier la dose reçue .

Certains antibiotiques ( énoxacine , ciprofloxacine , norfloxacine ) utilisés notamment pour traiter des infections urinaires , freinent l’élimination de la caféine . On se limite à une ou deux tasses par jour pour éviter la surdose .

Ceux qui prennent des anticoagulents oraux ( aussi appelés << antivitamines K >> doivent veiller à ne pas consommer une quantité trop importante de cette vitamine présente dans de nombreux légumes verts .On se limite donc à une portion par jour

Si vous prenez un traitement , des aliments peuvent ne pas convenir .

Demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin

Publié dans Aliments et boissons | Laisser un commentaire

Dépistage du cancer colorectal

Dès 50 ans c’est le moment , le dépistage , j’en parle à mon médecin

Dépisté à temps , un cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10

Qu’est-ce qu’un cancer colorectal ?

Le cancer colorectal se développe lentement , sur les parois du côlon et du rectum , le plus souvent à partir de petites lésions dénommées polypes .

Le cancer colorectal est rare avant 50 ans , mais sa fréquence augmente ensuite rapidement , 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100 développent un cancer colorectal au cours de leur vie . Il s’agit du 3e cancer le plus fréquent et de la 2e cause cause de décès par cancer en France .

Où se situe le côlon et le rectum ?

Dépistage du cancer colorectal

Le dépistage , comment ça marche ?

En grossissant , certains polypes saignent . Le test de dépistage consiste à repérer , dans les selles , des traces de sang qui ne seraient pas visibles à l’oeil nu .

1)  Si vous avez entre 50 et 74 ans , vous êtes invité par courrier tous les deux ans à retirer ce test chez votre médecin traitant àl’occasion s’une consultation .

2)  Compte tenu de votre histoire personnelle et familliale , votre médecin détermine si ce test est approprié . Si c’est le cas , il vous le remet et vous explique comment l’utiliser .  Il vous informe de l’intérêt et des limites de ce dépistage , et des suites éventuelles en cas de test positif .

3)  Ce test est à faire chez vous : il s’agit de prélever un peu de vos selles et de les déposer sur la plaquette prévue à cette effet .

4)  Vous l’envoyez pour analyse dans l’enveloppe T fournie avec le test .Veillez à bien coller vos étiquettes d’identification sur la plaquette de test et la pochette de protection

5)  Les résultats vous sont adressés ainsi qu’à votre médecin traitant .

Le programme de dépistage proposé aux personnes de 50 à 74 ans réduit la mortalité par cancer colorectal . Ilpermet en effet de détecter des polypes et des cancers à un stade très prècoce , et d’augmenter ainsi les chances de guérison .

Si le test est négatif  ( 97 à 98 % des cas )

Un test négatif signifie qu’aucun saignement n’a été détecté . Mais certains polypes ou cancers ne sont pas identifiés par le test s’ils ne saignent pas à ce moment-là ilest donc très important :

De refaire le test tous les deux ans ;

De surveiller les signes d’alerte dans l’intervalle : Si des troubles digestifs apparaissent ( modification soudaine du transit intestinal , présence de sng dans les selles …) , consultez votre médecin traitant .

Si le test est positif ( 2 à 3 % des cas )

Cela ne signifie pas que vous avez un cancer , maiq que du sang a été détecté dans vos selles . Pour en identifier l’origine , votre médecin vous orientera vers un gastroentérologue afin de réaliser une coloscopie* .

Cet examen  est essentiel pour décéler la présence de polypes et les retirer avant qu’ils n’évoluent en cancer . Si un polype a déjà évolué en cancer , plus on le détecte tôt , plus les chances de guérison sont importante .

*La coloscopie , effectuée sous anesthésie , permet de visualiser l’intérieur de l’intestin et de mettre en évidence d’éventuelles anomalies . Dans plus de la moitié des cas , la coloscopie ne décèle aucune anomalie . Elle détecte un polype dans 30 à 40% des cas , etun cancer dans 10 % des cas . Elle peut entraîner des complications , dont les formes graves restent rares ( 3 cas pour 1 000 ) . Pour en savoir plus sur la coloscopie : www.e-cancer.fr  ou  0 810 810 821

Ce test est-il payant ?

Le test remis par votre médecin traitant et son analyse sont pris en charge à 100 %, sans avance de frais de votre part . La consultation est prise en charge dans les conditions habituelles par l’assurance maladie , de même que la coloscopie lorsqu’elle est prescrite suite à un test positif .

Je n’ai aucun symptôme , suis-je quand même concerné(e) ?

Oui, ce test permet de déceler un saignement invisible avant même l’apparition de symptômes . A partir de 50 ans , il est important de faire un dépistage du cancer colorectal tous les deux ans , car ce cancer peut se développer très longtemps avant que les premiers symptômes de la maladie n’apparissent .

D’autre tests sont annoncés .

Dois-je attendre pour me faire dépister ?

Non , il est important de se faire dépister sans attendre la disponibilité de nouveaux tests .

Dépisté à temps , un cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10

Face au cancer colorectal , il y a des moyens pour agir

Dès 50 ans , parler du dépistage avec son médecin traitant

Faire le test de dépistage tous les deux ans .

Pour s’informer

www.e-cancer.fr

cancer info : 0 810 810 821

La struture chargée d’organiser le dépitage dans votre département se tient également à votre disposition si vous avez reçu le courrier d’invitation ou si vous rencontrer des difficultés pour vous procurer le test .

Dépistage du cancer colorectal
Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire

7eme salon de la santé et du bien-être

Dans le cadre de la journée mondiale du diabète  cité dans mon précédent  article, le 7eme salon de la santé et du bien-être à eu lieu ce 15 novembre .

Toujours très convivial comme chaque année .

 y étaient conviées diverses associations et conseillers  pour aider les diabétiques à mieux comprendre et gérer leur pathologie  ( des tests glycémiques y étaient proposés gracieusement ).

Dans le contexte du bien-être et de la remise en forme , des activités diverses y étaient suggérées .

7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être
7eme salon de la santé et du bien-être

J’ y étais présent pour la sensibilisation au don d’organes et j’ai pu constaté que la prise de conscience concernant cette démarche a grandement évoluée : beaucoup de questions , une attention particulière au passage des  DVD << témoignages >> et propres expériences de certaines personnes ……

Lors de cette journée , j’ai remis à la demande des intéressés une vingtaine de fascicules sur les différents dons accompagnés de cartes de donneur.

Un grand merci à l’Association des Diabètiques de Béthune et à sa présidente pour cette journée riche en partage .

Un salut amical à toutes les associations et personnes  présentes  lors de ce salon annuel .

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Une petite fille greffée de sept organes

En 2010, la fillette subissait une opération très rare et gardée secrète par l’hôpital Necker à Paris. Greffée de 7 organes, la petite miraculée va bien. Retour sur cette performance médicale extraordinaire.

 une petite fille greffée de 7 organes

Il y a 4 ans se déroulait à l’hôpital parisien Necker une opération extraordinaire et gardée secrète, les médecins ayant choisi la discrétion et l’humilité. Erika, une petite fille allemande de 4 ans, était greffée de 7 organes en une seule et même opération,

. Erika était atteinte de la maladie de Hirschsprung depuis sa naissance, une maladie empêchant son système digestif de fonctionner. Une grande partie de ses organes, de l’estomac au rectum, étaient touchés. La fillette était nourrie par intraveineuse pendant un temps, mais ses veines se bouchaient et ses reins avaient de plus en plus de mal à fonctionner. Une greffe était alors devenue nécessaire pour sauver la fillette dont les organes se dégradaient rapidement. Mais la recherche s’annonçait difficile car « le don chez l’enfant nécessite de trouver des organes adaptés en poids et en taille » et « tous les organes doivent provenir du même donneur », explique le professeur Olivier Bastien, directeur des prélèvements et de la greffe à l’agence de Biomédecine.

Et en 2010, le miracle se produit : les équipes médicales trouvent enfin un donneur ! Erika est transportée à l’hôpital Necker (à l’époque, l’Allemagne était aux prémices des greffes pédiatriques de l’intestin) et est opérée par plusieurs chirurgiens. Au total, la petite fille subit une greffe de 7 organes (estomac, duodéno-pancrés, intestin grêle, colon droit, foie et deux reins) et l’opération est un succès. Un véritable miracle médical !

Aujourd’hui, Erika à 8 ans et se porte bien. Elle revient 3 à 4 fois par an à l’hôpital Necker pour vérifier son état. Quand on demande à Erika ce qu’elle pense de sa greffe, elle répond avec innocence : « Je sais que j’ai eu un cadeau d’une autre petite fille : mon ventre. Nous nous entendons bien et je parle souvent avec ma sœur dans mon ventre ».  ( source Famili . Article du figaro )

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Activité de greffe de 2008 à 2013

Tableau récapitulatif de l’activité greffe d’organes en France 2008 à 2013. Entre parenthèses greffes issues du don du vivant.

Activité de greffe d'organes 2008 - 2013
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Une transat pour la promotion du don d’organes

Jacques Valente a entamé sa traversée de l’Atlantique en faveur de la promotion du don d’organes

Le navigateur genevois a entamé, aujourd’hui, sa traversée de l’Atlantique destinée à sensibiliser le public à la problématique du don d’organes. Greffé en 2008, il a mis le cap sur Pointe-à-Pitre, ou l’attend sa donneuse.

7 novembre 2014 – Le navigateur genevois Jacques Valente disputait, en 2007, la Mini Transat lorsqu’une grave insuffisance rénale a été diagnostiquée, le contraignant à l’abandon à Madère. Dès lors, sa vie bascule: il se retrouve en sursis, sur la liste suisse des demandeurs d’organes. L’année suivante, il reçoit enfin le rein d’une donneuse vivante compatible, qui n’est autre que sa meilleure amie.

« Jusqu’à cet épisode, je n’avais jamais été malade de ma vie », raconte-t-il. « Cet événement a bouleversé ma vie et m’a rendu sensible à l’importance de la solidarité et de se prononcer en faveur du don d’organes alors que l’on est en pleine santé. Lorsqu’une famille est confrontée au départ prématuré d’un des siens, qui n’a pas clairement exprimé le souhait de donner ses organes, les médecins sont impuissants face à une réponse négative des proches en situation de drame. Il est essentiel de se prononcer avant, ce qui permet de gagner du temps et de sauver des vies. C’est le message que je souhaite faire passer.»

Aujourd’hui, Jacques Valente a entamé sa traversée de l’Atlantique destinée à «boucler la boucle». Très ému, il a quitté Madère en mettant le cap sur Pointe-à-Pitre. « C’est énorme, pour moi, ces moments que je vis… », a-t-il déclaré peu avant de lâcher les amarres. « Je me suis retrouvé dans le même hôtel à 40 balles qu’en 2007, peu avant ma greffe, lorsque ma vie a basculé. Ça m’a replongé dans ce souvenir, avec beaucoup d’émotion. Aujourd’hui, je suis de retour, en pleine forme, avec le rein d’une donneuse qui m’attend de l’autre côté de l’Atlantique; c’est une sensation assez extraordinaire. »

Se considérant comme un «miraculé de la vie», Jacques Valente a débuté son périple au mois d’août, avec une première étape entre la Grande-Motte et Madère. Il navigue désormais en direction de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, qu’il compte atteindre en marge de la Route du Rhum.

Pleinement remis de sa greffe, le navigateur souhaite à la fois prendre sa revanche et contribuer à la promotion d’une cause essentielle. « Mon parcours lors de la Mini Transat 2007 m’a laissé un goût d’inachevé. Je tiens par ailleurs à remercier la vie, et tous ceux qui m’ont accompagné dans cette épreuve. Mon bateau sera l’ambassadeur de la générosité. »

http://www.jacquesvalente.com/  ( Source : Heo annonces . Communiqué de presse MaxComm du 07 11 2014)

Une transat pour la promotion du don d'organe
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Du bon pied !

Comme la plupart du temps , ils sont enfermés , vous ne prêtez guère attention à vos pieds .

Pourtant , ils méritent bien d’être chouchoutés , eux qui supportent 7 000 pas quotidiens .


Une bonne hygiène

Lavez vos pieds soignesement tous les jours avec un gant et du savon .

Evitez les bains prolongés (5 mn au maximum) et trop chaud (pas plus de 35 ° C.) .

Séchez-les bien en passant votre serviette entre les orteils .

Ainsi , vous éviterez la macération et l’apparition de mycoses (champignons) .

Faites-vous aider si vous avez des difficultés à vous baisser.

Une bonne hydratation

Avec le temps , l’absence de sécrétion de sébum (corps gras) et desueur rend vos pieds très secs .

La peau devient très fragile , vulnérable aux agressions extérieures . Le risque d’apparition de crevasses augmente .

La solution ; les hydrater quotidiennement avec un soin nourrissant . Là encore , n’hésitez pas à demander de l’aide à une tierce personne .

De bonnes habitudes

Ayez au moins deux paires de chaussures en cuir de manière à ne pas proter la même paire deux jours de suite pour éviter la macération .

Evitez les chaussettes en synthétique ,préférez celles en coton ou en laine .

Choisissez un modèle dont le talon mesure entre 3 et 4 cm de hauteur .

Une bonne consultation

Allez régulièrement chez un podologue .Il vous en coutera entre 27 et 30 euros .

Il coupera vos ongles s’ils sont trop épais ou si vous avez du mal à atteindre le bout de vos pieds

Il peut aussi soigner quelques petits bobos , comme les cors (petit noyau dur de peau morte très douloureux) ou des durillons (corne du talon) .

Si vous avez du diabète , une surveillance régulière s’impose . D’ailleurs si vous souffrez de cette affection , la sécurité sociale rembourse entre quatre et six séances par an chez le podologue .

Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire