Bacille du Rouget (25)

 

 

Bactérie: Erysipelothrix rhusiopathiae (bacille du rouget).

Épidémiologie
Transmission du rouget
 Par voie cutanée, par inoculation accidentelle (piqûre…) ou par souillure d’une plaie préexistante.
 Pas de transmission inter-humaine.
Fréquence des cas
La situation est mal connue tant en métropole que dans les DOM.
Activités professionnelles à risque
Travail en présence d’animaux infectés ou de leur environnement souillé (litières, locaux d’élevage, véhicules de transport…) ou manipulation de viandes, abats, viscères, os, arêtes… contaminés, notamment :
 Personnels d’abattoir, charcutiers, personnels d’équarrissage, naturalistes…
 Poissonniers, écailleurs, pêcheurs (rouget pisciaire)…
 Vétérinaires, éleveurs.
 Personnel des laboratoires vétérinaires.
Symptômes et évolution
 Le plus fréquemment, forme cutanée localisée (érysipéloïde de Baker-Rosenbach) :
24 à 48 heures après inoculation, plaque rouge violacé dure et légèrement surélevée, sensation de démangeaison et de brûlure.
Guérison en 2 à 4 semaines. En l’absence de traitement, complications possibles :
localisation articulaire (arthrite du poignet…), atteinte cardiaque, septicémie.
 Formes généralisées, exceptionnelles mais graves : atteinte cardiaque, septicémie, rouget cutané généralisé.(source inrs)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s