La fièvre Q (13)

Bactérie Coxiella burnetii.
Épidémiologie
Transmission de la fièvre Q Survie de la bactérie dans le milieu extérieur sous une forme extrêmement résistante, pouvant être transportée à grande distance, surtout par temps sec.
Contamination par voie respiratoire : inhalation de poussières contaminées par des sécrétions génitales, des placentas d’animaux infectés, par des déjections…
Très rares cas de contamination par ingestion de lait.
Fréquence des cas
200 cas diagnostiqués par an, mais nombre très certainement sous-estimé.
Activités professionnelles à risque
Travail en présence d’animaux infectés ou de leur environnement souillé (litières, locaux d’élevage, véhicules de transport…) : Éleveurs, vétérinaires, notamment pendant les périodes de mise-bas, ouvriers d’abattoir…
 Personnel des laboratoires vétérinaires. Les personnes sans relation directe avec ces activités peuvent être contaminées à distance par des aérosols transportant la bactérie.
Les personnes ayant une affection cardiaque et les femmes enceintes constituent des populations à risque
particulier.
Symptômes et évolution
Le plus souvent sans symptôme, sinon : Grippe (fièvre et toux) guérissant en une dizaine de jours. Risque d’avortement chez les femmes enceintes.
 Formes chroniques : complications cardiaques chez les personnes ayant une atteinte valvulaire, et réactivation de la maladie lors d’une nouvelle grossesse.
(source inrs)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s